La grenouille bleue

Critiques cinéma, bibliothèque de chroniques sur les films en salle et passés

19 mars 2007

♪ Friendly Fire, Sean Lennon

seanlennon

Friendly fire (tir ami), terme militaire pour désigner l'attaque d'un allié par une autre force alliée.

Lennon. Un tel nom peut être un moteur tout comme un handicap. Mais Sean a du talent, énormément de talent. Il passe aisément, et ce dès la première écoute, l'étiquette de "fils de" et démontre sans aucun problème que l'inspiration et la musique sont pour lui un héritage amplement assumé et mérité. Travail et don vont semblent-il de paire pour ce déjà trentenaire, et après un premier album solo superbe en 1998, Into the sun, il nous livre un deuxième opus plus que mélodique.

track

 


L'album ...

    Friendly Fire est un recueil d'histoires conté avec poésie et douceur dont il est dur de décrocher. Sean Lennon invite, propose, ne  s'impose jamais. Et il n'en a pas besoin. Alors certes, certains trouveront que l'album est un peu trop homogène, que tout ça sonne trop simpliste, trop nasillard et trop identique ... Quant à moi, je retiens un opus bien plus agréable que la majorité des albums parus ces derniers mois. Car Friendly Fire est un véritable livret de notes enveloppantes, peut-être pas cottoneuses mais étrangement apaisantes, où il est bon de ne pas avoir à changer de chanson pour la simple raison qu'elles sont toutes indispensables. Acides, parfois simplement teintées d'un sombre romantisme un peu futile, elles restent dans l'effleurement de lointains murmures.

sl2

    L'album est ce tout. Ce mélange d'amertume des erreurs, de la peur des regrets, de son refus, des jours qui passent, n'arrangent rien, arrangent tout. Sans prétention font sourire. Car la vie est aérienne, terrestre, s'envole, se retient. On ne cherche pas à savoir, rien n'est important ici que les souvenirs. Pour ma part, cet album est un joli trait d'union entre des bribes de ressentis personnels et une culture commune et inconsciente, saupoudré d'un brin de naîveté attendrissant et pas aussi niais que l'on pourrait le croire de prime abord. Pour finir, je rajouterai que l'album est actuellement à 10 euros dans toutbon point de vente. Une petite douceur qu'il serait bien dommage de se refuser. Friendly Fire est un de ces disques qui illustre ces petits moments déconnectés du monde, allongé par terre, à observer tout et nimporte quoi, sans véritablement être là. Un disque de toutes les saisons, qui s'accorde aux jours de pluies, enfermés à l'intérieur, à lire sans lire, à rêver sans rêver. En se laissant simplement emporter par la mélodie des sons, par la ligne tracée d'une voix fluette. Familière.

friendly

Le dvd ...

     Sans oublier que Sean Lennon a aussi produit une étrange série de courts-métrages - clips - illustrant chacune de ses chansons. Ce qui au final donne tout simplement une gallerie de rêveries conceptuelles constamment mises en abymes, tantôt délirantes, tantôt plus réalistes. Véritable thérapie post-crash sentimental , le film se révèle un étrange et très particulier parallèle à l'album. Friendly Fire a effectivement été écrit après la mort d'un des amis de S.Lennon. Ami qui avait - entre parenthèses - une relation avec la petite copine du dit Lennon. L'info people est certes peu intéressante en elle-même, mais s'avère au final essentielle si l'on veut complétement appréhender la lecture du dvd et du disque. Les courts bien qu'inégaux en qualité, ont l'avantage de rester totalement décalés et propres à la lubie artistique de Sean Lennon tout en gardant une certaine linéarité très judicieuse, ce qui est déjà en soi, un aspect plutôt positif.


Trève de bla bla bla ...

Site Officiel | Myspace | Amazon
slpresents

 


Posté par Ajual à 13:37 - ♪ Musique - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Mh?

    J'avais fait mon tour à la fnac un jour, et j'avais vu cet album, et la pochette enfin plutôt la figure excentrique du chanteur m'avait beaucoup, c'est pourquoi je me suis empressé à l'écoute.
    Cependant, je dois avouer que je n'avais pas autant accroché que toi. Il faut dire que je trouvais le style trop proche des beatles, il joue beaucoup sur le fait qu'il est apparenté à John Lennon... Mais après tout je n'avais fait qu'une écoute accélerée et survolée, et d'après ce que tu dis il s'agit d'un bon album donc je vais essayer de retourner dans un magasin pour me le procurer et l'écouter plus longuement, vu que c'est récurrent que mes albums préférés ne me plaisent pas dès la première écoute. (Rachael Yamagata pour ne citer qu'elle, mais qu'elle ELLE).

    En passant, j'ai revu Before Sunset avec un pote et je continue à dire qu'il s'agit bel et bien de la meilleure comédie romantique jamais réalisée , simple; intelligente; amusante; pleine de réfléxion, un délice servit avec un accompagnement de monuments parisien: définitivement la ville de l'amour !

    Posté par aDr-, 26 mars 2007 à 18:31
  • Ah !

    En voilà une bien jolie note consacrée à mon cher Sean ! Je me suis jetée sur l'album le jour de sa sortie (vive la promo télé, grâce à ça, j'avais déjà entendu ce que ça donnait). Et puis la suite tu as dû la voir sur mon blog : coup de coeur énorme pour cet album, coup de coeur pour la personnalité de Sean... qui passait en concert le même soir que Blackfield à Paris donc encore jamais vu live mais s'il repasse, j'y serais !

    Et puis ravie qu'il t'ait charmée aussi

    Posté par Avril, 01 avril 2007 à 00:36

Poster un commentaire